Violences policières
Partager

Objet : Communiqué de presse,

Europe Écologie Les Verts condamne ces violences policières et appelle à des réponses pérennes à la crise de l’accueil des exilé·e·s.

Ce lundi 23 novembre 2020, une occupation de la place de la République a eu lieu pour visibiliser des personnes exilées, laissées par les autorités en situation de rue après l’évacuation d’un campement à Saint-Denis. La dispersion du campement s’est faite dans une grande violence.

Après l’évacuation, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a feint de s’émouvoir d’images qu’il qualifie de choquantes. Il a par ailleurs indiqué avoir demandé un rapport circonstancié. Pourtant, ces images d’êtres humains sortis de leurs abris de fortune – sous le symbole-même de notre République – reflètent une fois encore la violence quotidienne faite, en notre nom, aux étranger·e·s. Rapport après rapport, le coût humain et budgétaire de ce populisme migratoire répressif et xénophobe a pourtant maintes fois été souligné. Cette politique est aussi indigne qu’irrationnelle.

Ces exilé.e.s sont venu·e·s chercher refuge au « pays des droits de l’Homme » pour fuir la guerre, la répression, la misère, le dérèglement du climat. Plutôt que de les aider et de les protéger, notre pays les pourchasse et les expulse. Plutôt que de chercher des solutions durables à la crise de l’accueil des exilé·e·s, il fait le choix politique de continuer à financer, en pleine crise sanitaire, des centres de rétention administrative (CRA), lieux de privation de liberté à seule raison de la situation administrative.

Grâce aux images tournées par les journalistes, ces violences insoutenables peuvent aujourd’hui être dénoncées. Cet évènement met cruellement en lumière le danger pour nos libertés fondamentales que serait l’adoption de la proposition de loi relative à la sécurité globale, notamment son article 24.


La violence déployée sur la place de la République est indigne d’un État de droit et d’une démocratie tout comme la violente agression de Michel Zecler par quatre policiers.

Aussi, EELV :

  • condamne les violences disproportionnées des forces de police qui se sont déchaînées ce lundi 23 novembre 2020 et, plus largement, celles qui sont commises quotidiennement au nom de la République à l’encontre des exilé·e·s ;
  • condamne l’arrestation ou les violences sur les Journalistes
  • exhorte à sortir d’un populisme migratoire inhumain et coûteux et à réorienter les crédits qui lui sont alloués vers des réponses pérennes à la crise de l’accueil ;
  • plus que jamais, en cette période de crise sanitaire et de trève hivernale, appelle à la mise en place de solutions durables pour garantir les libertés fondamentales et les premières nécessités – droit à l’eau, à l’alimentation, au logement, à la santé, à l’éducation – quelle que soit la situation administrative, ce qui commence par l’ouverture de places d’hébergement à la hauteur des besoins.

Groupe Eelv Hautes-Pyrénées