OURS. Une médiation, oui ! Une « gouvernance locale », non !
Partager

Qu’il s’agisse de l’ours, de nos biens communs comme l’eau (usine d’embouteillage de Mérens) ou la forêt, des mines (réouverture), des carrières (enfouissement de déchets du BTP dans les gravières), de l’implantion de grandes surfaces, de la création de zones industrielles, de l’exploitation des barrages, des stations de ski, des lignes ferroviaires, des éoliennes, des routes etc …, EELV Ariège considère que rien ne peut être fait sans une information et sans une consultation préalables des citoyens-nes des territoires concernés. L’idée d’une «gouvernance locale» pour la gestion de l’ours telle que décrite dans la presse en août 2020 est anti-démocratique. En effet, l’article 22 évoqué parle bien de consultation mais de consultation des populations concernées : c’est-à-dire les habitants, les utilisateurs et acteurs de la montagne, les élus-es locaux, les associations de protection de l’environnement… Il ne peut donc s’agir d’une poignée de personnes qui décident arbitrairement pour les autres envenimant de fait une situation déjà explosive. Le malaise qui touche les professionnels de la montagne ne peut pas être résumé au seul «problème» lié à la présence de l’ours. La politique agricole, l’élevage intensif, le réchauffement climatique, la crise sanitaire impactent fortement le devenir des éleveurs ariégeois. Réfléchissons à un mode de pastoralisme où l’écologie et la défense de la biodiversité ne sont pas qu’une variable d’ajustement électorale sans réelle prise de conscience du devenir de notre planète et de l’humanité. Il est donc grand temps de mettre tout le monde autour d’une table pour discuter en toute objectivité du dossier «ours».

EELV Ariège demande l’organisation de tables rondes, de réunions et de consultations publiques dans le cadre d’une médiation, aujourd’hui plus que nécessaire pour permettre à toutes les parties concernées de trouver sereinement des solutions acceptables pour tous-tes.

Florence Cortès porte-parole EELV09