AUTOROUTE CASTRES-TOULOUSE – Avis négatif du Conseil National de Protection de la Nature
Partager

Un an exactement après la venue du Premier ministre dans le Tarn pour annoncer que NGE serait chargé de construire et de gérer l’autoroute A69 entre Toulouse et Castres avec la promesse de tarifs dégressifs et d’un chantier sans ouverture de carrières, le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) émet un avis défavorable au projet pour « de nombreuses lacunes ». Le CNPN dénonce l’absence d’informations suffisantes sur son impact – ou absence d’impact- sur l’environnement.

Le CNPN dénonce également l’argument de « l’attractivité et le développement économique du territoire » brandi fanatiquement par les défenseurs de l’autoroute. Selon le CNPN, cet argument relève d’un parti pris, mais rien ne prouve qu’une autoroute apportera du développement économique (si ce n’est pour le concessionnaire…).

Pour ce qui est de la sécurité, le CNPN ne juge pas que l’autoroute soit la seule solution qui réponde à ces impératifs ; pour le gain de temps maximal estimé par les porteurs du projet (35 min), il semble irréaliste et désormais de peu d’intérêt face aux impératifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et de protection de l’environnement. Ainsi, pour les experts du CNPN, ce projet est « contraire à l’objectif de neutralité carbone », et « pourrait paraître aller à l’encontre de l’intérêt général ».

Cerise sur le gâteau, ce projet n’aurait pas « d’intérêt impératif public majeur », et va clairement à l’encontre des objectifs gouvernementaux de recherche d’alternatives à l’usage de la voiture individuelle et de neutralité carbone en 2050.

Bref, le CNPN dénonce un projet construit autour d’un argument économique sans fondement qui écarte sans les étudier sérieusement toutes les alternatives possibles, notamment le réaménagement de la RN126 et le train.

Aujourd’hui, les élu.es et acteurs économiques, qui se réjouissaient il y a un an devant la perspective du saccage à venir, se voient opposer un avis qui renforce les arguments des écologistes et opposants à l’autoroute. Ce projet est anachronique et inadapté, et nuisible pour la nature, alors que tous les voyants du réchauffement climatique et des pollutions sont au rouge vif.

EELV Midi-Pyrénées réaffirme son opposition constante à ce projet totalement dépassé, et renouvelle ses propositions d’aménager le tracé existant pour permettre une circulation plus rapide et gratuite, et son soutien au développement du train et des transports publics. Aujourd’hui, il n’y a plus d’autre solution possible.

Pascal Pragnère / Florence Cortès

Porte-Paroles EELV Midi-Pyrénées                                 

Toulouse, le 27 septembre 2022